Festival Chemins des Arts

Festival de danse en milieu rural

CIE WAO

BRUT-E


CHOREGRAPHIE ET INTERPRETATION : ANGELIQUE VERGER ET MAXIM CAMPISTRON

SCENOGRAPHIE, CREATION MUSICALE : GEOMICPRI MIZRANY


DUREE : 30 MN


Duo lauréat du concours chorégraphique contemporain jeunes compagnies - Synodales 2017

Best Duo in the category Newcomer at the Internationales Tanzfestival - Cologne 2018


Coproductions, partenaires : Association Les Synodales, Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté, CCN Accrorap de la Rochelle, La Bergerie de Soffin, Centre Wangari Maathai, Festival Cadences à Arcachon, Festival Entrez dans la danse à Paris


Photographies : Louise MU


Une femme seule, comme si elle l’avait toujours été, erre tel un poisson dans son bocal, n’ayant aucune conscience d’un monde extérieur. Tout lui est étranger passé cet espace vide. Sa vie est rythmée par les rebondissements de son imaginaire. Elle n’est aucunement prête à trouver quelqu’un dans son monde; qui plus est, celui qui troublera son éden. Surprise de se reconnaitre en un autre, elle en oublie peu à peu l’imaginaire qu’elle a créé de son soi.

Cette pièce nous fait déambuler dans l’esprit de deux individus qui font une rencontre qu’on ne peut qualifier d’accidentelle.


ANGELIQUE VERGER

Angélique se forme à l’IFPRO pendant deux ans. Elle intègre le jeune ballet moderne de l’école et par la suite continue son étude du contemporain grâce auquel elle a pu enrichir sa danse grâce à ses stages à l’étranger notamment en Israël à l’école contemporaine de la Kibbutz et au Canada à l’école contemporaine de Montréal.

Elle a de plus été stagiaire dans la compagnie de Claude Brumachon et Benjamin Lamarche.

Pluridisciplinaire, elle est danseuse de claquettes et se produit dans différents spectacles de folklore. Aujourd’hui elle fait partie de la compagnie tzigane Romano Atmo et Remue Ménage.

Angélique crée, dans sa danse, un subtil mélange entre la grâce féminine et une spontanéité d’enfant.


MAXIM CAMPISTRON

Maxim commence sa formation de danseur à Bordeaux, et intègre la jeune compagnie Tilt Evo dans laquelle il travaille avec les chorégraphes Patrice Valéro et Alain Gruttadoria.

Il poursuit son cursus à Paris à l’IFPRO, où il entre dans les jeunes ballets de l’école. Il se dirige ensuite vers le contemporain.

Grâce à ses expériences à l’étranger, il affine sa danse, notamment en Israël dans l’école de la kibboutz et par ses rencontres chorégraphique comme Lika Shevchenko et Attila Csiki.

C’est aussi dans ce cadre que Petia Iourtchenko l’engage dans sa troupe de danseur tzigane «Romano Atmo».

Par une danse au plus proche du réel, Maxim nous livre un message instinctif et véritable, en s’éloignant d’un certain académisme.


LIEN VIDEO TEASER BRUT-E


LIEN VIDEO RESIDENCE CCN LA ROCHELLE BRUT-E