Festival Chemins des Arts

Festival de danse en milieu rural

15e EDITION DU FESTIVAL CHEMINS DES ARTS

VENDREDI 26, SAMEDI 27, DIMANCHE 28 JUILLET 2019

DU PANORAMA AU PAN-HORAMA

IL Y A PLUS QU’UN PAS…


« N’est-ce pas illusoire de croire

Que l’art

Pourrait être autre chose

Qu’un gentil échappatoire…


Peut-on laver sa façon de penser

simplement en regardant danser ?


Dépaysement salutaire

d’un art éphémère

dont chaque éclat pourtant perdure

au creux même de l’obscur.


Et finalement,

pourquoi le Corps pensant, le Corps dansant, le Corps social

ne feraient pas qu’un.


Un Corps entier

Le mieux de l’Humain à révéler. »

 

« Chaque pièce du festival Chemins des arts serait comme une petite pierre.

Une collection de petites pierres qui, par ricochet, pourraient secouer la surface des pensées.

Un instant fugace pour une longue portée…


Le chantier artistique du festival est soutenu cette année encore par des identités fortes et multiples.

Les compagnies investissent de manière très personnelle le plateau de la Bergerie avec un discours dansé qui peut faire écho

à notre monde actuel et aux relations qui s’y jouent.


Chaque artiste signe d’un geste choc, un geste mémoire, un geste enveloppe, un geste liant, un geste instinct, un geste cri,

un geste rite… le geste comme la nécessité d’une identité dansée.


Ebranler les certitudes, sortir des stéréotypes, changer de focale, il s’ouvrira alors peut-être un nouveau pan-horama

qui ferait de chacun et chacune un spect-acteur.


Allez imaginons ensemble que de la scène se libèrent des herbes folles, qu’elles se déploient ouvertement jusqu’à gagner le public et même pousser sur les esprits fertiles. Les graines alors essaimées pourront peut-être à leur tour germer, dans vos lieux familiers,

et aider à lutter contre l’amertume et l’anxiété.


Montaigne a écrit « La parole est moitié à celui qui parle, moitié à celui qui écoute ».

Que chaque « écouteur » de spectacles attrape sa moitié et faisons avec les danseurs une expérience intime partagée

qui redonne à tous sursaut et vivacité.


La danse serait alors, en détournant les mots de Marion Collé, « fragile comme une bougie et tenace comme une guerrière ». »

 

Eliette Macharam

Une manifestation organisée par la Cie Alfred Alerte / Association ADJAC avec le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bourgogne-Franche-Comté / Ministère de la Culture et de la Communication, du Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté, du Conseil Départemental de la Nièvre, de la Communauté des Communes Tannay Brinon Corbigny et de la Mairie d’Authiou.