Festival Chemins des Arts

Festival de danse en milieu rural

CIE SOPHIE BLET

MANTODEA

SAMEDI 25 JUILLET A 19H

LAVOIR DU CROT POUGEAT


CHOREGRAPHIE ET INTERPRETATION : SOPHIE BLET

COSTUME : PAULINE PENELON

DUREE : 20 MN


POUR EN SAVOIR PLUS : www.sophieblet.org


LIENS VIDEOS : https://vimeo.com/99168055

https://www.youtube.com/watch?v=SQF4064I38U

Partenaires : la Bergerie de Soffin / Cie Alfred Alerte, la Manufacture d’Aurillac.

« Mantodea » est un solo de danse contemporaine sur les différentes phases de vie de la mante religieuse et sur ses symboliques au sein de la société.

Transposant l’humain à l’animal, le corps de l’un devient le corps de l’autre.

Immergé dans son cocon, le fœtus est imprégné d’un liquide qui se déverse peu à peu dans ses organes, le nourrissant pendant que l’être flotte au grès des maux externes.

Les sonorités extérieures traversent l’oothèque, offrant par leurs ondes un lied murmuré au fœtus.

Echos du temps, la maturation est là, le corps s’anime.

Le monde de l’interne se développe jusqu’à l’externe, le liquide s’amenuise.

Être et membrane fœtale coulent ensemble vers l’extérieur, se faisant happer par l’éclosion.

Craquements, déchirements, percées, sortie.

Le squelette externe est à vif, les extrémités se sensibilisent, les nerfs se mettent en place, poussant et se développant dans les membres.

Une agitation intrinsèque s’opère.

Prise en conscience du monde alentour, la carapace se meut.

Le squelette externe se déplace dans sa globalité, trouve un chemin et s’adonne à une oscillation perpétuelle, c’est le temps de l’attente.

Le sens primitif s’ébranle, l’attente se tarit.

L’instinct est aiguisé par la faim, l’acharnement carnassier se déclenche, il tranche.

C’est la déglutition des corps.

Faim rassasiée, forces retrouvées, l’oscillation reprend à l’affût des sens.

Peu à peu, dans son mouvement perpétuel, son enveloppe fanée se détache.

Les peaux se descellent, la transformation s’active, la mue s’exécute.

Long processus endogène de l’être qui se dédouble.

Nouveau squelette externe, il laisse sa trace et continue.

SOPHIE BLET

Riche de ses rencontres avec différents chorégraphes et de son travail comme interprète au sein de plusieurs compagnies artistiques (Cie Alfred Alerte, Remue Ménage, ChoréThéâtre, Maya-Inès Touam, ...) elle développe son propre langage chorégraphique dès 2013 et crée sa compagnie en 2016 afin de dépeindre sa vision de la danse et de la société dans une gestuelle nécessaire et crue.

La chorégraphe ouvre son travail à la pluridisciplinarité, l’amenant à collaborer avec différents artistes : plasticiens, musiciens, sculpteurs, vidéastes et également à l'univers du Butô, qu'elle découvre et apprend au Japon avec différents maîtres issu de l'enseignement de Tatsumi Hijikata.