Festival Chemins des Arts

Festival de danse en milieu rural

COLLECTIF DANTZAZ

REVENIR


CHOREGRAPHIE ET INTERPRETATION : SABALINE FOURNIER 

CREATION VIDEO : MEDERIC GRANDET 

CREATION LUMIERE : SYLVAIN DUBUN 

TEXTES : THOMAS ZELLNER


DUREE : 50 MN


Le solo Revenir traduit ce lien que nous entretenons avec nos émotions les plus brutes, les plus fortes, les plus primaires parfois, ces émotions qui font l’individu que nous sommes aujourd’hui, celui que l’on aspire à devenir encore.

Il n’est pas question de casser les codes, ni de considérer qu’ils n’existent pas.

Mais comprendre comment, au-delà des lignes que l’on trace pour réussir à vivre ensemble, l’homme doit conserver, pour s’épanouir pleinement, pour ne pas s’oublier, son pouvoir d’être hors des conformités, pourquoi pas déraisonnable aussi, sentir à nouveau ce qui le poussait à l’origine, avant les enseignements, avant les manières.

Pour avancer, pour grandir, il nous faut parfois retrouver des sensations libres, sans règle, sans mesure, des ambitions plus personnelles.

Partir, c’est apprendre à revenir.

Nourrie par ma propre histoire, construite sur des changements de direction volontaires ou contraints, les émotions « instinctives », non filtrées, sont devenues essentielles à mon discours. Aujourd’hui, il est question de savoir comment utiliser le corps dansant pour porter une parole, sans conformisme ni prétention.

Chercher pas tant un corps qui parle qu’un corps qui écoute.

Pour qu’il y ait forme, il faut qu’il y ait sensation ; pour qu'il y ait espace de la danse, il faut qu'il y ait espace du corps. Le mouvement ne vient pas de l'extérieur. Il n'est pas une forme à laquelle le danseur devrait se plier. Le danseur qui étend les bras n'a pas pour objectif de dessiner une ligne visible pour l'oeil mais dilate ses articulations et intensifie son énergie dans une direction. Ce ne sont pas des formes mais des flux d'énergie qui créent l'espace de la danse.

Revenir est une forme de témoignage autobiographique, le résultat d’un processus d’intériorisation, d’une analyse, d’une étape de réflexion sur une identité corporelle qui explore et cherche sa place.

Après une période académique de « dressage » du corps, il faut accepter de se confronter à soi-même, de faire face à ses propres angoisses, ses propres fantasmes, ses désirs les plus profonds.

En cela, les instincts, ceux d’hier et d’aujourd’hui, les instincts de demain qui se profilent déjà, sont un puissant moteur de réflexion.

Pour poursuivre cette quête du sens à donner au geste dansé, il faut assumer certaines zones floues de l’inconscient, sans jamais oublier sa propre histoire, son propre héritage.


SABALINE FOURNIER

Sabaline a été formée en danse classique au Conservatoire Régional de la Côte Basque puis dans différentes techniques (essentiellement jazz, mais aussi contemporaine et classique) dans des centres parisiens tels que le Studio Harmonic, le Zed Center, l'Institut Kim Kan, ainsi qu'en Italie à l'Opus Ballet de Florence et aux Etats Unis à la Ballet School de Los Angeles.

Titulaire du DE en danse jazz depuis 2009, elle ouvre l'Atelier Dantza à Pau où elle dispense un enseignement aux disciplines variées (jazz, contemporain, barre au sol).

Depuis 2008, l'interprète - chorégraphe du collectif Dantzaz, participe à de nombreux festivals et concours nationaux et internationaux avec toutes les pièces référencées dans le répertoire de la Cie. A ce jour, elle a signé la chorégraphie de 6 formes longues (De Quartz et de Plume, Corpus, Enfance, La Constellation de la Table, Week in Week out, Lost Souls) et d'une dizaine de formes courtes (Emovere, Clapping Tables, Intime2gré, Rêves Lucides, Le Baudrier d'Orion, Etincelle Divine, L'Audition...).

Elle est aussi interprète pour d'autres chorégraphes comme Laurence Bernatas dans La Fin alternative de Juliette et Je ne suis pas seule, Alfred Alerte dans Liberté, Egalité, Fraternité et pour Eric Durand de la compagnie du Théâtre Décomposé pour Vieux, Indéfinissablement.

Sa technique est caractérisée par un métissage des techniques moderne et contemporaine, par une grande variété de couleurs musicales, et par sa quête perpétuelle de la «sensation» à travers les changements d’énergie.

Ses maître mots : la liberté, la vitalité, l'ivresse, la spontanéité, l'animalité, la générosité.

En 2014, elle ouvre l’Espace Dantza à Pau et prend la direction artistique de cette salle de spectacle qui propose une programmation diversifiée en spectacles vivants (théâtre, danse, musique, cirque, poésie), résidences d'artistes, conférences, expositions...


SYLVAIN DUBUN

Sylvain est régisseur lumière du théâtre Saragosse à Pau (64) durant 2 ans et devient ensuite régisseur plateau de la compagnie Panta Théâtre à Caen (14) pendant 3 ans.

En 1999, il devient régisseur général de la salle Alexis Peyret de Serres-Castet (64) et obtient le diplôme de régisseur de salle de spectacle en milieu rural (brevet de secouriste, habilitation électrique, ERP1).

Il sera ensuite régisseur général de la Compagnie Mauvais Esprit en 2006.

En 2010, il prend la direction technique du festival de Gavarnie.

En 2014, il travaille pour différentes compagnies et lieux culturels et devient le directeur technique du festival Tarbes en Tango.

En outre, il crée de nombreux décors pour différentes compagnies de théâtre et de danse (Cie l’Auberge Espagnole, Collectif Dantzaz...).


MEDERIC GRANDET

Médéric est réalisateur de clips d’animation en stop motion, de films d’animation (Adrian), de clips (Aflak, Artus, Kourgane, Ingloria), de films musicaux (Mélodie Nelson pour le centre Nelson Paillou), de documentaires (Va sampler ta grand mère pour le collectif Ca-i, La 64ème du nom pour le Caravane du Tour), de films institutionnels, de lip dub, de courts métrages.

Vidéaste pour le spectacle vivant avec Enfin le jour, Les pieds dans l’eau…

Collaborateur artistique dans la compagnie Ecrire un mouvement pendant 2 ans

Créateur de spectacle musique/vidéo (organodrome, Gisèle tv, la fête des monstres…)

Plusieurs encadrements de projets vidéo en écoles, collèges, lycées, centres de formations.


THOMAS ZELLNER

Thomas est poète, écrivain, musicien et photographe.

Il pose ses mots sur le solo Revenir.

Ils viennent illustrer le travail chorégraphique, s’insèrent dans la création vidéo et lumière, complétant ainsi une approche plurielle du mouvement et du sens qu’on lui donne.


LIEN VIDEO TEASER REVENIR